Pourquoi les scientifiques américains remettent en cause le réchauffement climatique ?

Des responsables américains de l’environnement nommés pour des raisons politiques ont rejeté les préoccupations des scientifiques au sujet de la pollution atmosphérique au Wisconsin où le président américain Donald Trump a fait pression pour qu’une usine soit construite.

Que disent les courriels qui ont fuité ?

M. Trump a soutenu le géant taïwanais de la technologie Foxconn dans la construction d’une usine d’écrans plats au Wisconsin. Ce projet pourrait créer jusqu’à 14 000 nouveaux emplois. Il a annoncé le projet lors d’une cérémonie et a affirmé qu’il s’agissait d’une preuve de sa capacité à relancer le secteur manufacturier américain. L’ancien gouverneur du Wisconsin a aidé à obtenir plus de 2,5 milliards d’euros en allégements fiscaux pour le projet. Mais le comté a souffert de certains des pires cas de « smog » de l’État, un type de pollution de l’air qui cause des décès prématurés dus à des complications pulmonaires et cardiaques.

Les courriels obtenus par des ONG locales dans le cadre d’une demande d’accès à l’information montrent que les fonctionnaires de l’administration Trump, y compris l’administrateur de l’époque, ont rejeté les mises en garde de la communauté scientifique locale qui a imploré le gouvernement d’exempter le comté d’une usine polluante supplémentaire. Cela a libéré le projet tout en exonérant les investisseurs de se doter de dispositifs de contrôle de la pollution. L’affaire du comté est le dernier exemple d’une administration qui néglige les préoccupations des scientifiques sur les questions du changement climatique et des produits chimiques dangereux. Foxconn n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires concernant son implantation dans le Wisconsin. En avril, la société, qui est un fournisseur majeur d’Apple, a déclaré qu’elle s’était engagée à respecter son contrat pour la construction de l’usine d’écrans plats et des installations de recherche au Wisconsin, dans le respect des lois fédérales.

L’emploi et la relance économique à n’importe quel prix

Le porte-parole de l’EPA, l’agence environnementale fédérale, a renvoyé les questions concernant les courriels qui ont fuité à un mémoire déposé il y a deux mois. Selon ce document, l’EPA tient compte d’un large éventail d’informations pour décider quelles zones sont conformes aux règles de pollution de l’air. Le porte-parole a également réitéré que chaque désignation est intensément fondée sur des faits.

L’Illinois, qui est voisin du Wisconsin et qui pourrait connaître des niveaux de pollution plus élevés, a poursuivi l’EPA l’an dernier pour l’exemption dans le comté de Racine et l’agence est également sous la pression des poursuites judiciaires de groupes environnementaux. En somme, l’agence semble accorder des dérogations sans aucune base scientifique, minant de fait la concurrence entre les Etats devant les investisseurs qui sont ainsi officieusement orientés en fonction du contexte et des pressions de l’administration Trump. Dans son mémoire, l’EPA a demandé à une cour d’appel fédérale d’examiner de nouveau les décisions d’exemption du smog rendues dans l’affaire Pruitt. En attendant que la cour rende une décision, les entreprises n’ont pas à acheter du matériel antipollution.